Comment préparer la terre de son potager ?

Le meilleur moyen de déguster des légumes sains et savoureux, c’est encore de les cultiver soi-même. Si vous souhaitez que votre potager soit productif, il est indispensable de disposer d’une terre de qualité. Voici les trois étapes incontournables – et quelques astuces – pour préparer la terre avant d’effectuer vos plantations.

préparer la terre de son potager

Étape n°1 – Désherbez la terre

Première étape indispensable pour préparer la terre du potager : désherber ! Autrement dit : éliminer les mauvaises herbes.

En fin de saison

L’idéal est de préparer le terrain dès le début de l’hiver. Vous pouvez utiliser une fourche bêche : cela permet de placer les racines des herbes au-dessus de la terre, tout en enfouissant leur feuillage et leur tige. De cette façon, les mauvaises herbes ne pourront pas se développer. Vous avez mal aux bras rien que d’y penser ? Optez pour la bâche, que vous étendrez sur toute la superficie de vos plates-bandes. Cette alternative simple produit le même effet : les mauvaises herbes sont privées de lumières, et elles dépérissent !

En début de saison

Vous n’avez pas préparé votre terrain l’hiver dernier ou c’est la première fois que vous le cultivez ? Il va donc falloir vous lancer dans un désherbage en règle. Utilisez simplement une griffe et veillez à bien empoigner les mauvaises herbes à la base et à effectuer une torsion en les tirant, afin de bien arracher les racines.

Étape n°2 – Amendez le sol

Une fois que le sol du potager est propre, il va falloir l’amender. Il s’agit tout simplement de nourrir la terre. Pour que votre potager soit productif, sa terre doit en effet être riche en matières organiques, mais aussi en minéraux. Plusieurs options s’offrent à vous :

  • Un compost (veillez alors à répandre un compost bien mûr)
  • Le fumier de cheval ou de mouton
  • Le terreau

Comptez 5 à 10 litres par mètre carré pour un sol fertile, 10 à 20 litres pour un sol plus pauvre.

Étape n°3 – Labourez la terre

Pour s’épanouir, vos plants ont besoin d’une terre meuble et bien aérée. Avant de procéder à vos plantations, vous devez donc labourer vos plates-bandes. Sur une grande surface, vous pouvez utiliser un motoculteur. Pour les surfaces plus modestes, armez-vous de courage… et d’une fourche bêche !

Une microfaune préservée

Le motoculteur est bien entendu une solution de facilité pour retourner la terre. Mais il est de plus en plus délaissé, en particulier dans le cadre de la culture bio, car son passage est assez agressif pour la microfaune. Car tous les insectes et autres petits animaux qui s’invitent au jardin ne sont pas nuisibles, bien au contraire. Parmi vos meilleurs alliés : les vers de terre, bien sûr ! Si vous n’avez pas peur de transpirer, la fourche bêche est donc préférable, car elle préserve la microfaune. Vous recherchez une option encore plus douce pour la terre… et pour votre dos ? Optez pour la grelinette (ou biobêche). Plus légère et plus maniable que la fourche, elle vous facilitera le travail, tout en préservant la microfaune du jardin.